Pavillon Béthune

Pavillon Béthune

Philippe de Béthune

 Le Pavillon Béthune a été baptisé ainsi, en l’honneur de son illustre propriétaire.

Philippe de Béthune a 40 ans lorsqu’il acquiert les ruines du château médiéval de Selles sur Cher en 1604.
Après une brillante carrière d’ambassadeur auprès du roi Henri IV, il cherche un domaine où passer sa retraite. C’est ainsi que son choix se fera pour Selles sur Cher. Voilà le lieu où il pourra vivre avec sa famille et recevoir ses nombreuses relations mondaines.

Par ailleurs, il fallait également que le domaine soit de rapport : il devait rapporter du numéraire.

 

L’architecte

 

C’est à Jacques II Androuet du Cerceau – l’un des concepteurs de la place Royale à Paris, aujourd’hui place des Vosges et dont vous retrouverez le nom dans de nombreux châteaux du Val de Loire – architecte parisien très en vue, que l’on doit les plans du château du XVIIe siècle. La construction dura plus de sept ans.

Les artisans parisiens furent logés sur place pendant toute la durée des travaux.

La cour d’honneur

 

L’accès à la cour d’honneur où est situé le Pavillon Béthune, se fait par la grande allée qui conduit au pont-dormant, qui permet de traverser les douves de 21 mètres de largeur. Remarquez le Pavillon Béthune sur votre droite.

L’entrée de la cour d’honneur se fait par un « portail central qui répond au pont anciennement levis, est fait de trois travées séparées par des demi-colonnes toscanes annelées ; grande porte cochère dans une arcade au centre, porte piétonne à gauche, travée aveugle à droite.

La travée centrale est couronnée, au-dessus de la corniche continue, par un large fronton courbe dont le cintre est chargé de bossages passant un sur deux. Des meurtrières et des canonnières sont percées obliquement dans les maçonneries. » D’après Jean-Pierre Babelon historien, texte pris dans sa monographie du château de Selles sur Cher, édité en 2012 à Paris.

Le mur décor, à occuli rappelle celui du château de Rosny érigé pour Maximilien de Béthune (Sully) vers 1598-1599. Sans doute une marque de fabrique de l’architecte Du Cerceau.

En effet, le château de Selles sur Cher ressemble beaucoup à l’ensemble architectural constituant la place des Vosges : Toits très pentus et élevés, associations de pierre calcaire, de tuffeau et de briques, fenêtres hautes à petits carreaux pour la luminosité et l’élégance. Vous remarquerez l’extrême luminosité du Pavillon Béthune.

Pavillon béthune chateau selles sur cher
Pavillon béthune chateau selles sur cher

Et les matériaux de construction ?

Chateau selles sur cher modelisé Pavillon Béthune
Des pierres très courantes dans notre région.

Le calcaire, pierre dure de Beauce (calcaire lacustre de Beauce) était utilisé pour les fondations, que sa dureté rendaient solides.

La brique, emblématique de la Sologne qui est à nos portes, fut fabriquée sur place. En effet, la tour du Coq fut utilisée comme four à briques.

Le tuffeau – principalement celui de Bourré (41) – compose majoritairement le sous-sol de Touraine. En effet, c’est une pierre facile à tailler, de couleur blanche ou jaune. Ainsi, d’habiles tailleurs de pierre créaient des ornements de façades, véritable dentelle de pierre. C’est pourquoi les château du Val de Loire sont si richement et finement décorés.

En effet, pour des raisons de coûts, on construisait avec des matériaux endémiques, proches et si possible faciles à transporter. A l’instar du chantier de Notre Dame de Paris dont les matériaux arrivaient par la Seine au pied du colossal chantier, le Cher servait à transporter les matériaux, dont les pierres, au pied du chantier du château de Selles sur Cher. D’où la poterne encore visible dans la cour d’honneur.

L’un des plus grands châteaux du Val de Loire

Il manque aujourd’hui, plus de 1 500m2 d’habitat au château d’origine. Abandonné, puis racheté par des spéculateurs – la bande noire – il fut revendu pierre par pierre comme cela se faisait couramment.

Cette vue 3D extraite de notre visite numérique 3D montre les Pavillons tels qu’ils furent érigés au XVIIe siècle.

Facétie d’architecte

 

Regardez bien les façades des Pavillons Béthune et Sully,  : impossible d’y lire clairement l’organisation intérieure des étages. Les niveaux d’habitation ne correspondent pas avec l’architecture extérieure. Cet effet d’illusion est voulu. On parle « d’architecture maniériste ». Du dehors, on lit trois niveaux, du sol aux combles, quand il y a en réalité sept !

Le Pavillon Béthune aujourd’hui

 

Le Pavillon Béthune est le château principal. Là se trouvent les pièces de vie, et c’est par lui, que vous commencerez votre visite du château.

château de Selles sur Cher